,

Rafle du vel d’hiv dans le 20e : commémoration

Le 20e arrondissement et la rafle du val d'hivernal

 

Rafle du vel d’hiv dans le 20e : commémoration

 

Le 16 juillet 1942 débute à Paris l’opération « Vent printanier », suivant le nom de code allemand. Le « Jeudi noir » comme l’appelle les Juifs victime ce premier jour de la rafle du Vel’ d’Hiv’ à Paris. Celle-ci aura touché tout particulièrement notre arrondissement, avec ceux avoisinants. Pour commémorer ce drame, quatre lieux de rendez-vous sont prévus ce vendredi 16 juillet 2021.

Pascal JOSEPH, chargé de la Mémoire du 20e et du Monde Combattant, nous en communique le détail.

Les quatre rassemblements du vendredi 16 juillet 2021

 

 

10h30 – rassemblement Cour de la Métairie

Accès par le 92 rue de Belleville, métro Pyrénées

Paroles de témoins, fleurissement et hommage, temps de recueillement.

Regroupement des juifs du 20e avant déportation

Plaque cour de la Métairie 92 rue de Belleville, PG

11h – rassemblement devant la Bellevilloise

19-21 rue Boyer

Paroles de témoins, fleurissement et hommage, temps de recueillement.

11h30 – rassemblement devant l’ancien Commissariat du 20e

Mairie du 20e arrondissement, côté avenue Gambetta

Paroles de témoins, fleurissement et hommage, temps de recueillement.

12h15 – rassemblement square Edouard Vaillant

Au niveau de la plaque commémorative, puis du kiosque

Lecture des 133 noms des enfants, fleurissement et hommage, temps de recueillement.

Allocution d’Eric Pliez, maire du 20e arrondissement.

Rafraîchissements proposés par la mairie du 20earrondissement.

Lieu de rassemblement des juifs au moment de la rafle de 1942

À gauche, la plaque sur la rafle du vel d’hiv au 92 rue de Belleville, cour de la Métairie, PG

Les rafles dans le 20e arrondissement

 

Avant l’occupation, 330 000 Juifs vivent en France, les 2/3 dans Paris, et pour la plupart dans le centre et l’est parisien. Au total, 75 721 d’entre eux seront déportés et seulement 2 500 survivront.

Le 27 septembre 1940, une ordonnance allemande stipule que toute personne juive doit se faire inscrire sur un registre spécial. Dès la semaine suivante, le gouvernement de Vichy promulgue le premier Statut des Juifs. A Paris, ce sont les commissariats de quartier qui enregistrent les déclarations des Juifs.

Deux ans après l’instauration des registres spéciaux, les 16 et 17 juillet 1942, les rafles vont pouvoir être organisées avec méthode. L’organisation de la rafle à Paris se fait à l’appui des 25 334 fiches ainsi constituées.

4 378 d’entre elles concernent notre arrondissement avec les rafles opérées par 255 équipes, composées de gardiens en tenue, d’inspecteurs des Renseignements généraux et/ou d’inspecteurs de police judiciaire. Les juifs ainsi arrêtés seront transférés au veld’hiv et certains à Drancy.

Les « justes » du 20e arrondissement

Dans ces moments dramatiques, souvenons-nous également de l’importance des « «justes » (1) et parmi celles-ci, les 37 personnes courageuses du 20e qui ont réussi à sauver des juifs au péril de leur vie. Cliquez sur l’image.

La rafle et les Justes

Les 37 « justes » parmi les nations dans le 20e, extrait du site « les justes parmi les nations de Paris »

_________

(1) « Justes parmi les nations » : les personnes reconnues officiellement pour avoir sauvé des Juifs pendant la guerre.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.