Le 20e sous la Commune

La Commune et le 20e, seconde partie

Notre Bulletin n° 78 vient de paraître. Il fait suite au précédent sur le même sujet, avec dix nouveaux articles extraits de la page Actualité du site Internet de l’AHAV. Il complète ainsi la publication de notre sélection de vingt articles relatifs au 150e anniversaire de la Commune de 1871.

Le 20e arrondissement y avait tenu une place toute particulière, et cet anniversaire 2021, ces faits au retentissement mondial, a été un temps fort qui a mobilisé notre association : en plus de nos conférences et visites guidées au Père Lachaise, nous avions précédemment publié sur le même sujet :

  • le bulletin n° 75, un tableau de la Commune, à travers nos quartiers et les personnalités marquantes de cette époque.
  • le bulletin n° 76, le portrait de Félix Pyat, un républicain engagé, par les personnalités qui l’ont connu.

À signaler sur un temps plus long, l’évolution de notre démocratie dont la Commune a été le marqueur principal : « 1869-1879 : la République en son creuset », diffusée sur France Culture, dans l’émission Concordance des temps le 5 mars 2022. Émission dans laquelle le rôle de Gambetta y est abondamment décrit.

__________

En 1871, le Gouvernement de la Défense provisoire négocie avec les Prussiens

et se charge de prendre Paris : là débute la Commune. C’était il y a 151 ans…

Au sommaire, nos dix articles parus en 2021 :

  • 8 mars – Les femmes dans la Commune
  • 28 mars – La Commune proclamée par le maire du 20e
  • 3 avril – Colline, Covid, Commune : les artistes en action
  • 5 avril – 3 avril 1871, 3 actions de la Commune 13
  • 12 avril – Un Bellevillois barricadier en chef de la Commune
  • 24 mai – 21 mai 1871, les Versaillais entrent dans Paris
  • 25 mai – Robida, reporter de guerre communard
  • 30 mai – Finalement, une plaque au mur des fédérés
  • 1er juin – La fin de l’aventure communaliste
  • 7 juin – Inauguration du jardin Paule Minck

Ces articles ont été écrits par Christiane Demeulenaere-Douyère et Philippe Gluck

Après la Commune, le lieu-même du mur des Fédérés a fait l’objet d’un long combat politique pour la préservation plus large -avec plusieurs options- de cet espace : nous reproduisons ci-dessous notre article paru le 30 mai 2021 à ce sujet…
Ce contenu a été transféré dans l’onglet « mon espace adhérent »
_______
Vous pouvez adhérer à l’AHAV, l’aider… et y trouver une série d’articles et documents en cliquant ici
Caricature de Ranvier

Gabriel Ranvier, une plaque au héros de Belleville

Le mercredi 25 mai prochain, en fin d’après-midi, M. Éric Pliez, maire du 20e arrondissement, dévoilera une plaque à la mémoire d’un de ses prédécesseurs, Gabriel Ranvier (1828-1879), qui a joué un rôle éminent lors de la Commune de Paris.

Ranvier a représenté le 20e arrondissement au Comité Central de la Garde nationale et, par deux fois, il a été élu maire de l’arrondissement. Depuis la mairie, située à cette époque rue de Belleville, dans l’ancienne guinguette de L’Ile d’Amour, il a veillé sur ses administrés et été l’âme de la résistance de Belleville pendant la Semaine sanglante (21-28 mai 1871).

Le dévoilement sera précédé à 18h00, sur le parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville, 139 rue de Belleville, d’un spectacle historique sur la Commune de Paris par la troupe « Les mystères du Vieux Paris ».

Tous les citoyens de l’arrondissement sont chaleureusement conviés à assister à cette cérémonie

Plaque à l'ancienne mairie du 20e

Gabriel Ranvier, invitation à la cérémonie du 25 mai 2022

« Ranvier. Un long corps maigre au haut duquel est plantée, comme au bout d’une pique, une tête livide, qu’on croirait coupée s’il baissait les paupières […] Mais qu’il ouvre la bouche et qu’il parle, un sourire d’enfant éclaire son visage », L’Insurgé, Jules Vallès

L’élu du 20e

Gabriel Ranvier fait partie de ces figures qui n’ont pas écrit l’histoire de la Commune. Mais qui l’ont faite !

Après la proclamation de la République, Gabriel Ranvier est élu une première fois maire du 20e, le 6 novembre 1870, mais très vite, l’élection de ce « petit patron » d’un atelier de décoration sur porcelaine et laque est invalidée pour faillite quelques années plus tôt.

1ère mairie du 20e

Ancienne mairie de Belleville puis du 20e arrondissement, rue de Belleville

Il entre alors en politique et s’engage plus que jamais aux côtés des blanquistes. Membre du Comité Central de la Garde nationale, il est impliqué dans l’insurrection du 18 mars 1871, date à laquelle il est réélu et reprend ses fonctions de maire du 20e. Et c’est lui qui aura l’honneur de proclamer la Commune de Paris à l’Hôtel de Ville le 28 mars 1871.

Le nouvel édile, par ailleurs franc-maçon, prend les armes et participe aux sorties des fédérés contre les forces du gouvernement de Versailles, notamment à celle, désastreuse, du 3 avril, où Gustave Flourens perd la vie. Le 1er mai, il vote pour l’institution d’un Comité de Salut public. Il combattra avec acharnement jusqu’au dernier jour de la Commune le 28 mai 1871.

Caricature de Ranvier

Portrait de Gabriel Ranvier, maire du 20e arr, musée Carnavalet

Réfugié à Londres, il y reprend son métier et combat pour l’amnistie des Communards. Il milite notamment dans les comités de secours aux réfugiés, puis il se rapproche de Bakounine et des libertaires. Au même moment, en France, il est deux fois condamné par contumace pour participation à la Commune.

En 1879, il demande aux autorités françaises de l’autoriser à passer par Paris. Et c’est rue des Tournelles, à Belleville, qu’il meurt soudainement, le 25 novembre 1879, à 51 ans. 600 personnes, dont 200 amnistiés, suivent son convoi.

Le signataire de la dernière affiche de la Commune

Au soir du 26 mai 1871, il signe la dernière affiche de la Commune… un dernier appel à l’unité et à la solidarité :

« Citoyens du XXe arrondissement

Le moment est venu de combattre avec acharnement un ennemi qui nous fait depuis deux mois une guerre sans pitié.

Si nous succombions, vous savez quel sort nous serait réservé. Aux armes donc, et ne les quittons plus qu’après la victoire. De la vigilance, surtout la nuit […].

Je viens donc, dans un intérêt commun, au nom de la solidarité qui unit en ce moment tous les révolutionnaires, vous demander d’exécuter fidèlement les ordres qui vous seront transmis. Prêtez votre concours au 19e arrondissement, aidez-le à repousser l’ennemi, là est votre sécurité, et la victoire est à ce prix. N’attendez pas que Belleville soit lui-même attaqué, il serait peut-être trop tard. En avant donc et Belleville aura encore une fois triomphé. Vive la République ! »

Une première version de cet article, rédigé par Christiane Demeulenaere-Douyère, vice-présidente de l’Association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement de Paris (AHAV), est parue dans le Journal municipal Paris Vingtième n°1 – Hiver-Printemps 2021.

J-B Clémaent au Père Lachaise

Bulletin n° 77

En 2021, la commémoration du 150e anniversaire de la Commune de Paris a marqué profondément l’héritage de l’Est parisien et particulièrement de notre arrondissement.

Ce bulletin n° 77 complète et enrichit notre bulletin n° 75, publié en mars 2021 sous la coordination de la même autrice, Christiane Demeulenaere-Douyère.

Précédement sur le même sujet, le bulletin n° 76 nous présente Félix Pyat, républicain engagé par ceux qui l’ont connu, par Guy Sabatier.

______

Pour mémoire, en 1870 la Prusse envahit la France, Paris encerclé résiste. En 1871, le Gouvernement provisoire négocie avec les Prussiens et se charge de « prendre » Paris : là débute la Commune.

Le 20e arrondissement y a pris une place toute particulière, d’où cette première compilation  de 10 articles sur les 20 concernant la Commune, et qui sont extraits des 34 « actualités » publiées sur notre site internet.

La Commune de Paris et le 20e

Gabriel Ranvier, maire du 20e pendant la Commune, in No 1 de Paris 20e, magazine de la Mairie

Au sommaire de ce numéro :

Nos articles parus en 2020

 Décembre 1870, que la vie est dure à Belleville 

 Noël 2020… Noël 1870  

 

Nos articles parus en 2021

 L’Affiche rouge du 7 janvier 1871                    

Paris et l’armistice du 26 janvier 1871 

66 ballons pour sauver Paris… en 1870 et 1871

Législatives du 8 février 1871 : « Ruraux » contre Parisiens                                                                                                                              

La Commune divise l’Hôtel de Ville 

La « vache à Gambon » 

Gabriel Ranvier dans le journal de la Mairie du 20

Main-basse sur les canons de Montmartre 

Transfert de la Taverne rue de Belleville

 

Et le 31 décembre, qu’est-ce qu’on fait ?

La Taverne du Bagne… ça vous dit ?

 

Discothèques et cabarets interdits en cette fin d’année 2021 ? Qu’importe… Belleville a toujours été un lieu de divertissements et de plaisirs. Alors, histoire de finir joyeusement l’année du 150e anniversaire de la Commune de Paris, nous vous proposons une soirée à la Taverne du Bagne.

En février 1884, est inauguré, au 12 rue de Belleville, à un jet de pierre des Folies-Belleville, un drôle de cabaret : La Taverne du Bagne et des Ratapoils.

« Le d’Artagnan de la Commune »

Le directeur en est Maxime Lisbonne, ancien colonel de la Commune, qu’un de ses biographes a surnommé pour son courage « le d’Artagnan de la Commune ». Cluseret disait de lui : « Qui ne se souvient de Lisbonne, caracolant sur son cheval arabe, vêtu mi-partie en garde national et mi-partie en je ne sais quoi de grenadier de Sambre et Meuse ? D’une bravoure hors ligne… ». Né à Paris, en 1839, il a d’abord connu la vie militaire, notamment en Crimée. Puis, en 1864, il s’est lancé dans le théâtre aux Folies-Saint-Antoine.

En 1871, il s’est engagé avec bravoure pour défendre la Commune. Il a été blessé, pris et condamné aux travaux forcés en Nouvelle-Calédonie, puis amnistié en 1880.

Lisbonne, fondateur de la Taverne du Bagne

Maxime Lisbonne, photo.

En 1880, la vie à Paris n’est pas facile pour qui revient de dix années de bagne à l’autre bout du monde. Heureusement, Lisbonne a de la ressource. Il reprend les Bouffes du Nord et monte des pièces militantes de Louise Michel, d’Emile Zola et de Victor Hugo. Chaque soir, son théâtre est le rendez-vous des vieux communards et des jeunes collectivistes. Il crée un journal, L’Ami du Peuple – Seul journal qui ose dire la vérité, qui ne dure pas. Comme il a de l’imagination et de l’humour à revendre, il se lance dans le cabaret, à Montmartre et à Belleville.

Forçats et Ratapoils

Rue de Belleville, sa Taverne du Bagne ne manque pas d’originalité. Son décor est directement inspiré d’une caserne de Nouméa. Au-dessus de la porte, une lanterne rouge. Sur la toiture, à droite et à gauche, deux canons. L’intérieur est d’un minable à faire fuir. Les murs sont décorés de scènes de bagne, de paysages de Nouvelle-Calédonie ou de portraits de forçats célèbres comme Henri Rochefort.

Le service est confié à des « forçats », ayant au pied une chaîne terminée par un boulet. Mais le boulet est creux, il s’accroche à la ceinture, s’ouvre et contient… la serviette avec laquelle le serveur essuie les tables. Le bock s’appelle un boulet et sont au menu « soupe canaque, gourgane de Toulon et Badinguet ». On ne sort de l’établissement qu’avec un « certificat de libération » attestant que « le Condamné a consommé et s’est bien conduit ».

Taverne du bagne, "certificat de libération"

Taverne du bagne, « certificat de libération »

A Belleville, Lisbonne ajoute une attraction supplémentaire : les Ratapoils, « beaux messieurs en redingote, ayant sur le chef un chapeau haut de forme. Au-dessus de celui-ci planait un aigle empaillé dont le bec tenait un morceau de lard ». Il y a aussi du spectacle : par moments, une dispute s’engage entre forçats et ratapoils. « Cinq ou six forçats se jetaient sur un ratapoil, s’en emparaient et le poussaient sur un petit théâtre simulant une forge. Ils le couchaient de force sur un banc et lui mettaient les fers aux pieds. C’était la revanche de l’opprimé ! » (C. Chincholle, Les Mémoires de Paris, 1889).

Déceptions et revers de fortune

Quand La Taverne du Bagne de Belleville doit fermer, Lisbonne lui donne une longue descendance d’autres cabarets tout aussi fantaisistes : La Taverne de la Révolution française, aux Halles (1886), Les Frites révolutionnaires, boulevard de Clichy, La Brioche politique, rue du faubourg-Montmartre (1893), ou encore Le Casino des Concierges (1894). En 1898, ce sera Le Jokey-Club de Montmartre, à l’inauguration duquel on sert des « maquereaux pêchés dans le bassin de la place Pigalle ».

Mais la fortune ne sourit pas à Maxime Lisbonne. Il finit sa vie, en 1905, dans l’oubli d’un bureau de tabac à la Ferté-Alais (Essonne), où il est enterré et où une rue porte son nom.

Maxime Lisbonne, portrait dans la rue. Taverne du Bagne

Maxime Lisbonne, par Morèje-République.

_________________

Pour en savoir plus :

Charles Chincholle, « Les Fantaisies de Maxime Lisbonne », Les Mémoires de Paris, Paris, Librairie moderne, 1889, p. 61-79.

Marcel Cerf, Le D’Artagnan de la Commune (Le Colonel Maxime Lisbonne), Bienne, Editions du Panorama, 1967 ; rééd. Paris, Dittmar, 2014.

Sur Internet : https://www.lafertealais.com/les-personnages-de-la-ferte-alais-au-temps-des-cabarets/maxime-lisbonne/

Éloi Valat à la mairie du 20e

  « Dessiner la Commune » 

Illustrations et dessins d’Éloi Valat

L’exposition à la mairie du 20e

Du 6 novembre au 18 décembre 2021

« Dessiner la Commune » est à l’origine un livre illustré d’Éloi Valat datant d’avril 2021. Depuis quinze ans ce peintre dessinateur s’y est investi sous forme de quatre différents albums (*).

À propos du style qui l’identifie, Jean-Michel Arnold, directeur de Images/Média (CNRS), souligne à son sujet qu’il est « sans doute l’un des plus originaux parmi les graphistes de sa génération… avec une rare ferveur documentaire (il ne manque pas un pavé au Faubourg) »

En avril dernier, l’association  Faisons Vivre la Commune ! (domiciliée comme la nôtre à la MVAC du 20e arrondissement) a invité Éloi Valat et Raphaël Meyssan au Pavillon Carré de Baudouin, une conférence destinée à présenter chacun d’eux avec leur œuvre d’actualité.

Entretien d'Eloi Valat et Raphael Meyssan

Eloi Valat et Raphael Meyssan au Pavillon Carré de Baudouin le 2 avril 2021

Le choix de la Commune pour Éloi Valat

Lors de cette conférence, Éloi Valat nous explique ce qui, à l’origine, l’a personnellement motivé :

« C’est une entreprise de longue haleine, une histoire personnelle assurément c’est aussi un goût pour les images très fort, le fait de rencontrer cet évènement, cette révolution pour laquelle j’ai vraiment énormément d’affection, et également pour l’œuvre d’un écrivain important par rapport à la Commune et qui est l’œuvre de Jules Vallès ».

Dessiner la Commune, inauguration de l'expositionon

Eloi Valat à l’inauguration de son exposition à la Mairie du 20e, PG

Une exposition d’une forte intensité, à la fois moderne et digne à travers ses illustrations à son image, de notre mouvement social parisien, d’ampleur nationale… et au retentissement mondial.

____________ (*) Le Journal de la Commune (2007), L’enterrement de Jules Vallès (2011), La Semaine sanglante (2013), Louises, les femmes de la Commune (2019).

1871 et les femmes

Par Christiane DEMEULENAERE-DOUYÈRE, vice-présidente de l’AHAV

Conférence à la mairie du 20e

Jeudi 16 décembre 2021 à 18h30

Entrée gratuite, limitée à 30 personnes sur inscription préalable à ahav.paris20@gmail.com

Les combattants de la Commune furent bien souvent des combattantes. Dans ces journées, les femmes ont joué un rôle déterminant, dans le 20e arrondissement comme ailleurs. Dès le début des événements, elles se sont engagées dans l’action et ont occupé l’espace politique.
Elles ont été sans doute plusieurs milliers à militer pour conquérir des droits nouveaux et faire leur place dans une société plus juste. Et, aux jours terribles de la Semaine sanglante, elles ont pris les armes pour défendre leurs quartiers, aux côtés des hommes.
1871 et femmes

Préposée à la garde sous la Commune

150 ans de la Commune de Paris - Affiche

Affiche du programme sur la Commune le 25/09/2021 au PCB

 

Cinq courts métrages au PCB sur la Commune

 

Ce 25 septembre après-midi, le Pavillon Carré de Baudouin nous propose de découvrir cinq courts métrages sur la Commune de Paris, dont deux films inédits

À cette occasion , la chorale Compagnie en chantant se produira sur scène.

En seconde partie, le court métrage Rives d’exil fera ensuite l’objet d’un débat sur Jules Vallès (au Père Lachaise) contraint de s’exiler après la répression sanglante de la Commune.

Vous trouverez ci-dessous le lien du PCB pour toutes les informations pratiques :

 

150 ans de la Commune : les événements labellisés dans le 20e

150 ans de la Commune : les événements labellisés dans le 20e

 

Affiche sur La Commune en chantant automne 2021

Affiche sur La Commune en chantant automne 2021

Les évènements de l’automne sur la Commune

 

L’association Faisons vivre la Commune nous présente ci-dessous les différents rendez-vous de cet automne liés au 150ème anniversaire de la Commune.

__________

 

LA SAISON COMMUNARDE CONTINUE

 

COLLOQUES

PENSER LA COMMUNE

 

faisons vivre la Commune - 20ème arrondissement Paris

Logo faisons vivre la Commune

 

Du 8 au 10 septembre, le Pavillon Carré de Baudouin à Paris accueille le colloque Penser la Commune, avec les interventions d’une vingtaine d’universitaires et chercheurs. Pour assister physiquement au colloque, l’entrée est libre mais une pré-inscription est obligatoire.

 

En préambule du colloque, le 7 septembre, une conférence de Jean-François Dupeyron sur l’enseignement sous la Commune, également au Pavillon carré de Baudoin.

LA COMMUNE DE 1871 : L’HISTOIRE CONTINUE

 

Les 14 et 15 octobre au site des Grands Moulins.

A l’occasion des 150 ans de la Commune, ce colloque entend non pas dresser un nouveau bilan des travaux effectués ces dernières décennies, mais au contraire ouvrir une fenêtre sur l’histoire en train de se faire, pour donner un aperçu des connaissances à venir. Aussi donne-t-il très largement la parole à de jeunes chercheurs et chercheuses.

Inscription auprès de : sophie.lhermitte@univ-paris1.fr

 

Le programme du colloque

 

CONCERTS « La Commune en chantant »

Affiche sur La Commune en chantant automne 2021

Affiche sur La Commune en chantant automne 2021

Plusieurs concerts sont programmés en septembre et octobre dans le 20e à Paris pour le collectif La Commune en chantant. Le 25 septembre au Pavillon carré de Baudouin, le 26 au parc de Belleville, le 9 octobre à la bibliothèque Louise Michel à Paris.

 

EXPOSITIONS

 

Affiche de l'exposition "les damnés de la Commune"

Affiche de l’exposition « les damnés de la Commune ».jpg

« LES DAMNES DE LA COMMUNE, DANS L’ATELIER DE RAPHAËL MEYSSAN »

 

Écrite par l’historien Bertrand Tillier, l’exposition nous fait entrer dans l’atelier de Raphaël Meyssan et nous permet de comprendre son processus créatif.

 

Du 4 septembre au 16 octobre, mairie du 20e.

« DESSINER LA COMMUNE » PAR ÉLOI VALAT

 

Cette exposition, dont le titre fait écho à la dernière parution d’Éloi Valat, présente 30 dessins originaux encadrés en bois naturel, présentés en l’état de leur réalisation (premier jet à la plume et à l’encre de chine) sans esquisses préalables avant colorisation et mise en page.

 

Du 6 novembre au 16 décembre, mairie du 20e, Paris.

_______________

À vos agendas !

Raphael Meyssan ses BD expliquées
Raphael Meyssan ses BD expliquées

Affiche de l exposition Les damnés de la Commune à la mairie du 20e. PG

Expositions et film : Raphaël Meyssan à la fête

 

Raphaël Meyssan est à la fête actuellement dans son arrondissement. Lui-même bellevillois, sa production originale sur la Commune est d’une richesse documentaire incontestable. Quant à l’originalité de son œuvre, elle est de haut de gamme et bien destinée à tout public, innovante dans sa présentation : un exploit dans son genre. En conclusion et suivant la formule consacrée : à ne pas manquer.

 

Deux expositions et un film

 

En septembre, la mairie du 20e nous propose de visiter l’exposition « Les Damnés de la Commune, dans l’atelier de Raphaël Meyssan », puis la projection de son film sur la Commune diffusé cette année sur Arte.

L’exposition est ouverte depuis ce quatre septembre, le même jour où en 1870 Léon Gambetta proclame la IIIe République, place de l’Hôtel de Ville. Au salon d’honneur de la mairie, 20 panneaux et une vidéo de 11mn vous y attendent.

Au même moment, une autre exposition se situe actuellement sur les murs extérieurs du pavillon Carré de Baudouin : 15 panneaux à l’angle des rues Ménilmontant et des Pyrénnées.

Exposition de Raphael Meyssan dans la rue

Raphael Meyssan expose sur le mur du PCB : panneau sur les derniers combats au Père Lachaise. PG

Et puis, dans le cadre des journées européennes du patrimoine, vous pourrez assister dimanche 19 septembre à 20h, à laprojection au parc de Belleville, de son film Les Damnés de la Commune, en sa présence en tant que réalisateur.

Le parcours en éclaireur de Raphaël Meyssan

Quelle aventure pour Raphaël Meyssan ! Au commencement, il est seul avec cet évènement qui le bouleverse et mobilise son énergie. Et puis s’y ajoute le hasard : il découvre l’existence de Lavalette, un communard ayant habité le même immeuble que lui à Belleville.

Exposition Meyssan mairie du 20e

Les Folies-Belleville, lieu de débat sous la Commune. PG

Avec la conviction que la Commune a fondé la République -celle que nous connaissons actuellement- il décide de retrousser les manches. Un peu osé quand-même, alors que pour le moins il ne fait pas partie des « professionnels de la profession », selon la formule célèbre de Jean-Luc Godard à propos du monde du cinéma.

Raphaël Meyssan, créateur social d’entreprise historique

 

Raphaël Meyssan s’est lancé dans une véritable entreprise socialement utile. Sacré challenge au départ ! « Je ne suis pas dessinateur, je ne suis pas historien », et plus tard : « je ne suis pas réalisateur ». Donc en apparence aucune compétence pour réussir dans son projet. Et à notre avis, en cas de besoin de financement, aucune chance auprès des banques.

Portrait de Raphael Meyssan

Raphaël Meyssan interrogé dans l’émission « Cases d Histoire » en septembre 2020

Pourtant parti seul et en toute liberté dans ce projet, la production est finalement réussie et le succès atteint, peut-être même avec une ampleur inattendue. Il raconte son aventure tranquillement (mais passionnément) lors d’un entretien avec le conservateur de la médiathèque Centre-ville de Saint-Denis. Déjà en 2020, il a pu exposer au musée de Versailles. Il explique ses trois BD plus en détail, à travers ses choix dans « Cases d’Histoire ».

Son secret ? La force de relever le défi, de s’y investir pleinement quitte à consacrer une partie de sa vie pour y arriver. Bravo à cette belle réussite personnelle au service de tous. Il a su combiner son ambition sociétale avec les contraintes économiques… mais évidemment, que l’aboutissement de son travail devienne un succès, on ne le sait qu’après . Huit ans de recherche passionnée auront fait la différence.