Sarah Bernhardt : la presse, les ondes et Vénus