,

L’Ukraine, la Russie et le Père Lachaise

L’Ukraine, la Russie et le Père Lachaise

L’Ukraine est un État indépendant qui a fait partie des membres fondateurs de l’ONU en 1945. Dans son histoire, elle a vécu plusieurs conflits militaires avec la Russie. La France aussi.

À travers le Père Lachaise, nous pouvons en retracer quelques liens, y compris celui des russes et de l’URSS comme alliés lors de la seconde guerre mondiale. En voici la chronologie.

Le tsar envahit Paris

Déjà en 1814, la France napoléonienne est attaquée par la Russie avec la majeure partie des forces européennes coalisées. Une guerre qui se terminera par  la bataille de Paris  : le 31 mars, le tsar Alexandre 1erentre pour la première fois dans la capitale à la tête de huit troupes alliées.

Cette guerre atteindra le haut de la colline de Charonne. Les élèves des écoles militaires de Polytechnique et d’Alfort (école vétérinaire) se retranchent dans le cimetière du Père Lachaise et perdront cette bataille. Plus globalement, cette guerre aboutira quelques jours plus tard à l’abdication de Napoléon.

L’empire français et la Crimée

Trente ans après, Napoléon III se retrouve avec le même ennemi, mais cette fois-ci en Crimée. En 1853, la guerre de Crimée est déclarée contre l’empire russe et sa volonté d’expansion territoriale, avec les anglais venus soutenir aussi l’empire ottoman.

 

La guerre de Crimée en 1853

La Crimée au 19e siècle

À Paris à la faveur de ce soutien français, l’ambassade ottomane négocie cette même année l’ouverture d’un carré musulman au sein du Père Lachaise. Le conseil municipal du 17 juin 1853 en autorise sa création qui sera validée trois ans plus tard par un arrêté du préfet de la Seine Haussmann « pour l’inhumation des personnes décédées à Paris professant la religion mahométane ».

 

enclos musulman au Père Lachaise

L’enclos musulman et sa mosquée à la fin du 19ème siècle -bnf

Deux communards liés à la Russie

Puis en 1871 arrive la Commune de Paris dont nous avons commémorée le 150ème anniversaire l’an dernier. Et pour mémoire, Élisabeth Dmitrieff est venue y participer à Paris. Cette révolutionnaire et militante féministe russe s’engage auprès des communards et, avec Nathalie Lemel, fonde l’Union des femmes pour la Défense de Paris et les soins à donner aux blessés.

Au Père Lachaise, un autre acteur de la Commune : Adrien Lejeune. Né à Bagnolet, il a brandi à Belleville le drapeau rouge puis a été considéré comme le dernier à avoir vécu aussi longtemps après la Commune. Il finira sa vie en URSS depuis son arrivée en 1928 jusqu’à  sa mort en 1942. Il était alors agé de 94 ans.

À Moscou, autour du kremlin un monument à la gloire d’Adrien Lejeune a été érigé. Enfin, à l’occasion du centenaire de la Commune, le Parti communiste français fait rapatrier ses cendres au Père-Lachaise le 23 mai 1971.

Adrien Lejeune Père Lachaise

Adrien Lejeune dernier communard près du mur des fédérés-PG

Nestor Makhno, de l’Ukraine à Paris

Au columbarium, nous trouvons la case où se trouve l’urne de Nestor Makhno, communiste libertaire. Il est décédé en 1934 au pavillon des tuberculeux de l’hôpital Tenon. En 1918, Makhno rencontre Lénine à Moscou et s’allie avec les bolcheviques contre les armées blanches ukrainiennes.

Lui-même parvient à lever une armée de 50 000 hommes et, après leur victoire commune sur les russes blancs, l’armée rouge se retourne contre lui.  Makhno doit alors se résigner à fuir. Il finira par arriver à Paris en avril 1925, affaibli et pauvre en ayant travaillé un temps comme ouvrier chez Renault.

 

Les Combattants Russes et Soviétiques alliés à la Résistance Française

À l’occasion du 60ème anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale, un monument a été inauguré à l’entrée Gambetta du Père Lachaise le 3 mai 2005, en hommage aux soldats russes et soviétiques ayant combattu dans la Résistance française.

Voici un extrait de la déclaration ce jour-là de M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux anciens combattants :

Enfin, comment oublier les 4 000 citoyens soviétiques, russes, mais aussi ukrainiens, géorgiens, arméniens, tadjiks ou azeris qui désertent la WEHRMACHT, dans laquelle ils avaient été enrôlés de force, pour rejoindre les rangs de la résistance française… Au total, 35 000 combattants russes ou issus des ex-républiques soviétiques ont lutté à nos côtés contre les Nazis. 6 000 d’entre eux sont tombés au combat.

 

Mémoriel russe au Père Lachaise

Monument aux combattants russes au Père Lachaise, entrée Gambetta-PG

Ce monument de maquisard en bronze a été réalisé à Moscou par le sculpteur Vladimir Sourovtsev.

Le camps de Rawa Ruska

Toujours au Père Lachaise et près du mur des fédérés, le 14 octobre 2016 a eu lieu l’inauguration de la stèle en hommage à « Ceux de Rawa-Ruska« . Il s’agit du camp de déportation en Ukraine. Le monument est dédié à la mémoire des résistants déportés français et belges en Ukraine.

Catherine Vieu-Charrier, adjointe à la Mairie de Paris, chargée de la Mémoire et du Monde combattant, a pris la parole ce jour-là en y soulignant plus spécialement le lien de cet emplacement avec l’histoire de notre arrondissement :

Le choix de ce lieu et de cet emplacement n’est pas anodin : c’est même tout un symbole.

Un symbole d’abord, parce que nous nous trouvons dans le XXe arrondissement, et que l’un de ses anciens Maires ne fut autre que Raymond Bossus, déporté́ et rescapé de Rawa Ruska. À travers cette figure emblématique, Paris et le XXe arrondissement ont donc un lien très fort avec l’histoire du « camp de la goutte d’eau et de la mort lente », et portent en héritage le message de Résistance de ceux qui y furent déportés et qui, malgré́ la faim, la soif, et l’emprisonnement, ont continué de lutter contre la barbarie.

 

Rawa Ruska. près du mur des fédérés

Rawa Ruska, le monument au Père Lachaise en avril 2022-PG

De ces événements passés dont il nous reste la trace… nous pensons surtout aujourd’hui à l’histoire immédiate :  ce que vivent chaque jour actuellement les ukrainiens dans cette guerre qu’ils subissent.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.