,

Les dates-clé des 14 juillet à Paris

Ménilmontant Bal des Pompiers 2022

 

Ce que vous n’avez jamais osé demander sur le 14 Juillet…

 

Le 14 Juillet et ses festivités approchent… Pavoisements, défilés, feux d’artifice et bals populaires, des rituels annuels, des évidences sur lesquelles nous ne nous interrogeons même plus. Et pourtant…

 

Pavoisement 14 juillet

 

Ce contenu est réservé à nos membres 
Vous pouvez adhérer à l’AHAV, l’aider en cliquant ici

 

[armelse]

Pourquoi les militaires défilent-ils le 14 Juillet ?

Pour beaucoup de nos concitoyens.nes, les manifestations du 14 Juillet sont associées à la prise de la Bastille et à l’insurrection populaire de 1789.

Que nenni… ! En choisissant cette date pour célébrer la fête nationale, la IIIe République entendait commémorer la fête de la Fédération, le 14 juillet 1790.

 

Le 14 Juillet 1880 : le premier…

C’est en 1880 qu’a lieu le premier défilé militaire du 14 Juillet. La France veut montrer le redressement de son armée dix ans après la défaite contre les Prussiens (1870). Il répond à la nécessité d’expliquer le rôle d’une armée dans la démocratie.

Claude Monet, Fête nationale rue Saint-Denis

Claude Monet, Fête Nationale rue Saint-Denis

Le 21 mai 1880, Benjamin Raspail dépose une proposition de loi signée par 64 députés : « la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet ». Le texte est adopté à la majorité de 173 voix contre 64, et promulgué le 6 juillet 1880. Remarquons que le vote intervient au même moment que l’amnistie des communards : il s’agit de ne laisser personne au banc de la Nation.

Et, le 14 juillet suivant, un défilé militaire est organisé sur l’hippodrome de Longchamp devant 300 000 spectateurs, en présence du président de la République, Jules Grévy.

Alfred Roll, La fête du 14 juillet 1880 et l'inauguration de la statue de la République

Alfred Roll, La fête du 14 juillet 1880 et l’inauguration de la statue de la République

La journée a commencé par l’inauguration d’un monument, œuvre des frères Léopold et Charles Morice, sur la place de la République. Une statue de bronze représentant une femme drapée d’une toge à l’antique et coiffée d’un bonnet phrygien, incarne la République. Sa main droite tend un rameau d’olivier tandis que son bras gauche repose sur les Tables de la Loi sur lesquelles il sera par la suite gravé « Droits de l’homme ». Autour du piédestal, trois grandes statues de pierre représentent la Liberté tenant des fers brisés et brandissant un flambeau, l’Egalité tenant le drapeau tricolore et une équerre à niveau, et la Fraternité entourée d’attributs agricoles et d’enfants.

Cette même année 1880, a lieu la distribution des nouveaux drapeaux à l’armée : est confirmée la fonction du drapeau tricolore comme emblème national. Le président Grévy remet aux régiments des drapeaux bleu-blanc-rouge frangés d’or et frappés du signe RF.

Vincent Van Gogh Fête du 14 juillet 1886

Vincent Van Gogh, Fête du 14 Juillet 1886

Suivront d’autres 14 Juillet tout aussi symboliques des grandes étapes de notre Histoire…

 

Le 14 Juillet 1919 : le souvenir des morts et des disparus

14 juillet 1919. L'Arc de Triomphe. Le Défilé de la Victoire

14 juillet 1919 – L’Arc de Triomphe, le Défilé de la Victoire

Après les épreuves et la victoire de la Grande Guerre de 1914-1918, le défilé a lieu pour la première fois sur les Champs-Élysées… un hommage aux combattants, morts et survivants, voulu par Clémenceau, qui deviendra l’ordinaire des célébrations du 14 Juillet. Mille « gueules cassées », menées par le nouveau député de la Meuse André Maginot, volontaire de 1914 amputé d’une jambe, précèdent les troupes alliées victorieuses ; les Poilus français ferment la marche. La République rend hommage à ses disparus et remercie ses alliés.

Dans la nuit du 13 au 14 juillet, pour la veillée d’honneur aux « morts de la Patrie », un cénotaphe géant entouré de canons pris à l’ennemi est dressé sous l’Arc de triomphe.

14 juillet 1919. Trophée constitué de canons allemands entassés place de la Concorde

14 juillet 1919 – Trophée constitué de canons allemands entassés place de la Concorde – ECPAD

 

Le 14 Juillet 1936 : le défilé du Front Populaire

Un mois après les accords de Matignon, trois mois après l’arrivée au pouvoir du Front populaire, un second défilé, populaire et ouvrier, est organisé l’après-midi, en réponse au défilé militaire du matin. Un million de manifestants parcourent l’Est parisien en célébrant le triomphe du Front encore au sommet de sa popularité. C’est le « bel été 36 » et trois jours de fête sont décrétés par le gouvernement sous la devise « Le pain, l’armée, le peuple ».

 

Le 14 Juillet 1945 : le défilé de la Libération

Après les 14 Juillet de la guerre transformés par le régime de Pétain en cérémonies d’hommage aux morts, le défilé militaire reprend ses droits au milieu de la liesse populaire. Il a lieu de Vincennes à Bastille, après que le général de Gaulle et le général de Lattre eurent passé en revue, sur le cours de Vincennes, les combattants de l’armée Rhin et Danube. « Cette fois, la marche triomphale avait lieu d’est en ouest », remarque de Gaulle dans ses Mémoires. La fibre patriotique et militaire l’emporte de nouveau.

INA  « Le défilé militaire du 14 juillet 1945 à la Bastille » 

 

Le 14 Juillet 1968 : le défilé d’après la « chienlit »

C’est l’occasion pour de Gaulle, qui avait déjà utilisé le défilé du 14 juillet 1958 pour montrer qu’il avait repris les affaires en main, de rappeler que la crise de mai est passée. C’est l’occasion aussi, après l’éviction de Pompidou, de la première sortie publique du Premier ministre, Maurice Couve de Murville, qui suit à ses côtés le défilé des troupes sur les Champs-Élysées, là même où, le 30 mai précédent, près d’un million de manifestants étaient venus clamer leur soutien à de Gaulle. La journée n’en sera pas moins émaillée d’incidents entre la police et des manifestants d’extrême gauche et des étudiants.

14 juillet 1968. Défilé militaire sur les Champs-Elysées

14 juillet 1968 – Défilé militaire sur les Champs-Elysées

 

Le 14 Juillet 1974 : de la Bastille à la République

Avec un défilé de la Bastille à la République, le 14 juillet 1974 est un 14 juillet « new look », selon le vœu du nouveau président, Valéry Giscard d’Estaing. La place de la Bastille est l’épicentre des manifestations, autour de la colonne de Juillet, et les soldats défilent à pied à travers les quartiers de Paris, comme à l’époque de la prise de la Bastille.

Les lieux du défilé varient pendant les cinq années suivantes (cours de Vincennes, Champs-Élysées, École militaire, Champs-Élysées, République-Bastille), mais, depuis 1980, les Champs-Élysées sont redevenus le cadre du défilé.

 

Le 14 Juillet 1989 : le bicentenaire de la Révolution

 

La cantatrice américaine Jessye Norman interprétant la Marseillaise 14 juillet 1989

La cantatrice américaine Jessye Norman interprétant la Marseillaise, 14 juillet 1989

 

Le 14 Juillet 1989 a été un moment fort des manifestations de la célébration du bicentenaire de la Révolution française. De nombreux chefs d’État étrangers assistent au défilé militaire traditionnel et au spectacle monumental de Jean-Paul Goude sur le thème des « tribus planétaires ». Le défilé est retransmis en direct à la télévision dans 102 pays. Cette célébration atypique du 14 Juillet suscita des polémiques mais rencontra un grand succès populaire.

 

1989 Le spectacle du bicentenaire conçu par Jean-Paul Goude

Le spectacle du bicentenaire conçu par Jean-Paul Goude

 

Le 14 Juillet 2007 : sous le signe de l’Europe

Le défilé du 14 juillet 2007 est placé sous le signe de l’Europe, avec la présence inédite de détachements des 27 pays membres de l’Union et des présidents en exercice de l’Union européenne (UE), de la Commission européenne et du Parlement européen. Le Chœur des armées françaises et les petits chanteurs à la Croix de bois entonnent l’Hymne à la joie.

 

Drapeau européen flottant sous l'Arc de Triomphe

Le drapeau européen flottant sous l’Arc de Triomphe

 

 

Et le feu d’artifice ?

Très ancienne, la tradition du feu d’artifice n’a pas toujours eu le sens festif qu’on lui connaît aujourd’hui. C’est, en fait, un des rares symboles de la monarchie que le peuple français a souhaité garder. Sous la Monarchie absolue, lors des fêtes royales et princières – victoires, mariages, baptêmes…, on donnait beaucoup de feux d’artifice.

Délaissé durant plusieurs années, c’est sous la IIIe République qu’il fait sa réapparition, à la fois comme spectacle pour le peuple et vecteur d’enseignement politique. Le feu d’artifice est ainsi devenu un symbole très populaire du 14 juillet

Le feu d'artifice du 14 juillet 2014

A Paris, le feu d’artifice du 14 juillet 2014 rappelait la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale

 

 

Et le bal des pompiers ?

Contre toute attente, la tradition du bal des pompiers débarque assez tardivement, dans les années 1930… A cette époque, le pompier est un personnage très important, qui représente l’armée au service du peuple. C’est donc naturellement qu’il a toujours été associé aux festivités du 14 juillet, que ce soit pour surveiller que tout se passe bien durant les feux d’artifice ou pour défiler dans les petites communes sans militaires.

Alfred Fié Le bal du 14 juillet

Alfred Fié, Le bal du 14 juillet

Et pour finir la parole est à Georges Brassens :

« Le jour du quatorze-Juillet,
Je reste dans mon lit douillet ;
La musique qui marche au pas,
Cela ne me regarde pas.
Je ne fais pourtant de tort à personne,
En n’écoutant pas le clairon qui sonne ;
Mais les braves gens n’aiment pas que
L’on suive une autre route qu’eux…»

Pour en savoir plus :

Christian Amalvi, « Le 14-Juillet », dans Pierre Nora (dir), Les lieux de mémoire, t. 1 « La République », Paris, Gallimard, 1996.

Remi Dalisson, Célébrer la nation, les fêtes nationales en France de 1789 à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2009.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.